lundi 4 janvier 2016

Bonne année 2016, le programme est en ligne

Bonjour, une grosse partie du programme 2016 est en ligne, n'hésitez pas à aller regarder les dates de vos futures navigations et demander des informations au chef de bord concerné.

Bonne année, santé bonheur et de belles sorties en mer, le bureau.

jeudi 3 décembre 2015

Tous au stand 1 D8 dans le hall 1 du salon nautique du 4 au 13 décembre 2015



Bonjour,
Cette année encore, nous partagerons avec le GCI un stand (hall 1 – 1D8) au salon nautique du 5 au 13 décembre 2015 (http://www.salonnautiqueparis.com/). Pour démarrer nous commencerons le salon avec la nuit nautique le vendredi 4 décembre de 19h à 22h et plus si les gardiens le permettent…
Merci de réserver vos places pour la nuit nautique (invitation pour 2 personnes) en m'écrivant au martineau.jean-luc@wanadoo.fr

Merci de nous donner vos éventuelles disponibilités afin d’établir une permanence tout au long du salon afin de présenter les activités du club sur le stand.
Nous espérons vous voir nombreux pour nous parler de vos projets et partager un tee-punch autour de la nouvelle saison.

Le bureau                                                                    


mardi 1 décembre 2015

Une dernière sortie à la Trinité pour la régate de Noël

Régate, ça vous fait penser à quoi ? Eh bien oui c’est ça, vous avez mis dans le mille.
Régate, c’est Régaler et Gâter ?
C’est ce qui c’est passé durant ce weekend, je me suis régalé et j’ai été gâté.
Depuis longtemps j’avais hâte de naviguer sur un voilier. Me voilà devant le « bois sans soif »  ce jolie bateau de course de 9 mètre  effilé comme un lévrier et dont le mât  s’envole dans le ciel. J’accompagne Julien à l’intérieur et nous commençons l’inventaire. Chaque objet a un nom bien précis et une seule fonction. Je me disais que cela allait être difficile de retenir tous ces noms. Et ça l’a été.
Une fois sur le pont chaque personne a une fonction bien précise. Moi j’étais aux commandes du piano. C’est peut être un détail pour vous mais pour moi ça veut dire beaucoup.
Beaucoup d’emmerdes,
Retenir les noms des » cordes » Non !  Des bouts ou des ficelles.  Et oui le mot corde est proscrit chez les marins.
Retenir leurs noms et surtout leurs fonctions.
Bon on démarre et tranquillement Julien, le barreur, d’une main de maitre sort le bateau du chenal pour l’amener sur le point de départ.
Je voyais d’autres bateaux toutes voiles dehors penchés sur le coté qui avançaient à toutes vitesse. Une petite inquiétude m’envahis mais je me disais nous,  on n’est pas concerné, nôtre bateau filera tout droit.
Mais voilà que c’est le moment de hisser la GV et le génois. Le vent fais claquer les voiles le navire tangues mais tout le monde autour de moi est sereins,  et chacun réalise l’opération qui lui incombe avec dextérité. Et bien sur moi je me fais aidé. Jean Luc le tacticien  me montre la manœuvre et en deux temps trois mouvements il bondit tel un félin, le voilà à l’avant en train de filer un coup de main à Julien le n° 1.
Régis d’une main experte contrôle la grande voile, tandis que Maria et Guillaume se chargent du génois.
Et voilà qu’il faut aller au rappel. Opération qui paraît complexe et risqué car il faut avoir les pieds et les mains suspendus en bordure. En effet, le vent dans les voiles fait pencher le bateau sur le coté.  Il vaut mieux regarder à l’extérieur plutôt que l’intérieur et voir à quel point le navire est sur le point de chavirer.

C’est formidable, ces opérations de bascule d’un coté et de l’autre du bateau qui font monter l’adrénaline et me procurent en même temps un sentiment de bonheur immense. Car le risque et la peur ressentie sont  atténués par la maitrise et la sérénité de l’équipage. 
Les vagues faisaient danser les voiles sur un air de salsa tandis que le vent entraine le bateau dans un tango endiablé. Et moi, toujours à la recherche d’un équilibre entre le bâbord et le tribord. Un moment d’inattention et me voilà projeté sur la filière du tribord.
Le deuxième jours, je me suis essayé à la barre, un court instant qui me paraissait une éternité.  J’ai pu constater qu’il est difficile de tenir la barre, car chaque mouvement avait des conséquences sur le bateau et son équipage.

Une formidable aventure avec des restaurants d’une exceptionnelle qualité, un équipage sympathique et des autochtones qui ont du soleil plein les yeux.
Oui la trinité sur mer c’est la Mecque de la voile.
Je voudrais aussi remercier Hélène sans qui cette aventure n’aurait pas eu lieue. C’est autour un déjeuner japonais, au détour d’une conversation que l’intérêt mutuel pour la voile s’est dévoilé.


Djilali

vendredi 2 octobre 2015

Championnat de France Entreprises à Quiberon du 10 au 13 septembre 2015, du très bien et du moins bien...

Une météo idéale,

toujours différente de celle annoncée, 7 à 15 noeuds, du soleil, et 21 bateaux prêts à en découdre sur le superbe plan d'eau de la baie de Quiberon, voilà le décord planté. Début des hostilités à 14h jeudi, une quatrième place prometteuse dans la première manche nous suffit pour passer une bonne fin de journée, MOKAYOU marche bien, et nous avons d'entrée trouvé les bons boutons. Une troisième place dans la première manche de vendredi nous place dans les outsiders potentiels derrière un trio de tête qui semble intouchable, il y a des pros à bord (info ou intox...), la journée passe et la machine se dérègle, au fur et à mesure que l'équipage s'améliore,
les enchainements sont plus rapides mais les résultats plus au rendez-vous, au classement général provisoire, nous sommes 8 ème, pas si mal. dernier jour, la météo change le vent tourne et forci, tout le monde est à fond, départ en black flag, le courant nous pousse sur la ligne, impossible de lofer mais plus possible d'abattre, rappel général, mais 5 bateaux ont été identifiés y compris le 34189, le notre, coup de massue pour tout l'équipage, on regarde la course et on essaie de faire les compte en profitant du soleil, c'est toujours cela de pris. La journée se termine par un petit cotier de 10 miles, très sympa, les bords de débridés sont géniaux, on reste au contact, on termine 10 ème et super content, c'est peut être notre place au final, mais la disqualification nous a couté chère et finalement ce sera 12 ème au général, un très bon résultat pour cette fin de saison, l'objectif est atteint pour le club et tous ses équipiers, naviguer avec plaisir pour participer aux championnats de France.
Rendez-vous l'année prochaine, dans le sud cette fois ci. Maria, Anne, Anthony, Eric, Nico, Julien et Jean-Luc. Résultats

jeudi 17 septembre 2015

Naviguez avec "voile sans frontière" notre partenaire solidaire


Bonjour à tous,

Après un été passé à naviguer sur le trimaran de voiles sans frontières en tant que skipper et second, je m'adresse à vous pour plusieurs propositions.


Voiles Sans Frontières (VSF) est une association qui utilise les bateaux comme bases logistiques pour des projets médicaux, scolaires et d'aide au développement dans les îles du détroit du Siné Saloum, accessibles seulement par bateau.

Le trimaran Yobalema est la base principale des projets. Ce bateau, quand il n'est pas au Sénégal pour VSF, vous accueille à bord pour des balades associatives.


Si vous souhaitez participer aux projets de VSF, vous pouvez devenir équipier d'un convoyage de Yobalema ou venir passer quelques jours à bord de Yobalema aux Canaries, en Corse selon les périodes.

Voici le programme des semaines à venir :

- Option Convoyage : URGENT nous recherchons des équipiers pour les étapes Port saint Louis du rhone - Canaries (23 sept au 6 octobre) et Canaries - Dakar (du 5 ou 7 nov au 15 nov). Débutants acceptés.

Recherchons Également un skipper pour l'étape Canaries-Dakar.


- Option balades sur l'eau aux Canaries : fuerte ventura et Lanzarote les semaines du 17 octobre au 7 novembre. 50 euros/jour/personne.

Si vous souhaitez donner un sens à votre prochaine sortie en bateau, n'hésitez pas et appelez moi au #06 07 74 98 08#.

À bientôt ,

Karine pour Voiles Sans Frontières lien vers le site de VSF

jeudi 16 juillet 2015

Croisière Estivale 2015, Sardaigne et Corse, bon plan de dernière minute, places et/ou cabines doubles encore disponibles...

Au départ de Portisco au Nord de le Sardaigne, nous naviguerons en flotte à bord d’un Océanis 43 et d’un Océanis 54. Nous irons découvrir, la réserve de l’île Tavolara, les îles de la Madalenna, la côte Sarde et ses magnifiques golfes. Nous découvrirons aussi les iles Lavezzi et le mythique mouillage de la Sémillante ainsi que le spot de kite de Santa Manza et le port festif de Bonifacio.
Notre activité principale sera la Voile, le plaisir de vivre en mer et les sports nautiques. Il pourra être proposé des formations sur la conduite et la manoeuvre du voilier, la météo, la navigation, la carte ou encore le matelotage. Le tarif est de 515 euros par semaine et par personne (hors transport et nourriture) + l’adhésion club 20 euros + la licence FFV 52 euros.
Informations sur le voyage : ·L’embarquement à Portisco en Sardaigne est le samedi 8 aout 2015 à 17H00. ·Le débarquement ou l’embarquement au port de Pianotoli en Corse est le samedi 15 aout 2015 à 8H00. ·Le débarquement à Portisco en Sardaigne est le samedi 22 août 2015 à 8h. ·Aéroports conseillés : Olbia pour la Sardaigne et Figari pour la Corse. ·Caisse de bord : environ 185 euros la semaine pour la nourriture et les taxes de port. N’hésitez pas à revenir vers nous pour toute information. Julien et Jean-Luc.

jeudi 11 juin 2015

Trophée des Ebihens du 6 au 7 juin 2015 : une première pour le club en MUSCADET

Arrivée vendredi soir sur les lieux, 1 er constat : le bateau flotte...Ouf , le mat est monté, second ouf de soulagement... 2ème constat : les winch datent de 1973, et le Génois n'est pas arrivé...tant pis, à la guerre comme à la guerre... Temps maussade, on se dit que ce sera beaucoup mieux demain...déjà le magnifique coucher de soleil aperçu sur la plage du Sillon le vendredi soir nous laisse entrevoir un week end magique... Magique, ce sera surtout le mot employé lorsque nous arriverons, exténué, sur l'île des Ebihens le samedi soir, et qu'un punch de bienvenue nous sera gentiment servi. S'en suivra une soirée de grand prince, plateau d'huîtres et verre de Muscadet (bien évidemment), brochettes de saucisses, de boeuf, fromage, dessert, et la cerise sur le gâteau....champagne ! Attention le comité n'avait pas décidé de faire les choses en petit ! Petit, comme la nuit que l'on a passé sur le bateau. Sous un ciel magnifiquement étoilé, nous pouvions nous endormir la tête déjà bien remplie. C'était sans compter sur un réveil en sursaut lorsque Guillaume se rend compte à 5 h que l'on est en train d'échouer à cause de la marée basse...tant pis, nous finirons notre nuit quand même, bordé par les mots doux de Jean-Luc entendus toute la journée (Bordes, Choques, Mais non Bordes Putain !!! ;) Journée qui fût en tout points mémorable, à commencer par un départ presque canon si nous n'avions pas vu notre route coupée sur la ligne de départ, jusqu'à une 17 ème place obtenue (sur 23 bateaux) sur le parcours côtier grâce à des choix tactiques d'Hélène à la barre très judicieux, (sauf ....jusqu'à la ligne d'arrivée où la décision d'abattre les voiles avant la ligne d'arrivée fût peut être un peu prématurée...) 2ème parcours, très technique, laborieux, mais qui nous a surtout permis de nous entraîner pour le 3ème parcours où notre 11 ème place obtenue avec brio nous rappelle que le bilan de cette journée est extrêmement positif et que même si l'important,c 'est de participer, c'est quand même sympa d'être bien placé...

4ème et dernier parcours à 9h le lendemain, et une fois que nous étions bien réveillé, et que le fichu mal de crâne était parti, la course était fini...pas grave, certains ne se seront même pas réveillés, ce qui nous permettra d'assurer au classement final une très honorable 15ème place, bien mérité :) Mérité, comme le pastis dégusté sur le port de Saint-Malo le dimanche soir et avec une seul questionnement à l'esprit...Jean-Luc, c'est quand la prochaine ? N'hésitez pas à nous contacter pour avoir des infos sur le programme MUSCADET

vendredi 29 mai 2015

Mais que se passe t-il au centre nautique de Saint Quentin en Yvelines ?

Et bien le vent souffle, le soleil brille, et les navires naviguent ! A un prix défiant toute concurrence pour les adhérents USGAZELEC Paris IDF, un accueil efficace à défaut d'être inoubliable, nous nous sommes trouvés un beau dimanche de mai trois heures à tirer des bords sur un topaze tout neuf, au milieu des autres catamarans légers et lasers en formation. C'est simple, à condition d'aimer observer le vent qui tourne, qui tombe et qui revient. Et pourquoi pas y aller à plusieurs ? Eric et Raoul, primo naviguants à Saint Quentin en Yvelines. Lien vers la base : http://saint-quentin-en-yvelines.iledeloisirs.fr/ Pour toute information, contacter Anthony LEGUAY [anthonyleguay@yahoo.fr] ou Jean-Luc MARTINEAU (Martineau.jean-luc@wanadoo.fr)

dimanche 10 mai 2015

Tour de Belle Ile 2015... Putain, d'Bordel de Merde !




Je ne voudrais pas affoler les futurs lecteurs de ce papier, mais dans ces périodes où les accroches marketing sont le mode de pensée, il est nécessaire de trouver d'en trouver une pour le résumé de ce que fut un superbe week-end de voile, à savoir le Tour de Belle Ile !
J'ose espérer que mes camarades de jeu auront retenu de ma présence, autre chose que ces vitupérations sonores que votre humble serviteur a eu la malencontreuse idée de prononcer à quelques reprises par la faute de taquets ou de drisses récalcitrantes et qu'il était nécessaire de tancer au cours de quelques uns, de ce que furent les efforts de ce week-end de course.
Est-ce par nécessité de me faire absoudre de mes péchés vocaux ou parce que je suis le petit dernier de la bande, toujours est-il que le chef de bord me désigna volontaire pour rédiger le compte rendu du week-end !
Cela commença par quelques courriels envoyés aux équipiers et dans lesquels il était question des modalités pratiques d'organisation et de météo que l'on nous promettait difficile.
Jeudi soir, veille du week-end , me voici me rendant chez Jean-Luc afin d'entreprendre ce voyage initiatique pour moi. Non par parce que je découvrais le monde la voile, mais parce que c'était pour moi une découverte de la régate en équipage et aussi parce que je n’étais pas monté sur un bateau de cette taille depuis 20 ans !
manu et manu
Après les bises d'usage, la question classique « on ne s'est pas déjà vu quelque part »lorsque je vis Anne,  la collation d'avant départ et le pipi de la peur, nous voici donc en route pour la Trinité haut-lieu de la plaisance française. Occasion pour moi de poser quelques question sur le fonctionnement du bateau et de comprendre assez rapidement que j'aurais en fonction du vent, le choix en l’équilibrisme à la proue du bateau et la séance de musculation à la grande voile...... Si j'avais su !
Voyage ponctué par de courts passages « chips-vinaigre -coca» et d'une halte sandwich mise à profit pour un changement de pilote me donnant l'opportunité de barrer un peu durant ce week-end et d'une main je vous prie !:-)
Arrivé sur zone, nous ne voyons pas Manuella et Brigitte qui sont déjà couchées dans l'une des cabines disponibles et après avoir sorti sac de couchage, bonnet de nuit et branché le réveil, me voici parti pour une nuit de repos entrecoupée par le concert des drisses claquant sur les mats !
7heure le réveil sonne, la douche m'attend, la boulangère à sorti ses miches et je dépose sur la table du carré une baguette bien chaude et une poche de croissants afin de démarrer la journée sur des bases saines !
Brigitte et Eric
Occasion lors de ce petit déjeuner de découvrir les visages de Brigitte et de Manuela émergeant de leur suite située à l'avant du bateau et pas encore inondée.....
Rejoint par Eric et Aleksandra, en milieu de matinée, voici donc notre équipage au complet et donc l'occasion pour le chef de bord de donner ses consignes pour l'organisation de la journée.
Pour celles et ceux qui ne connaissent pas le monde de la régate, il faut comprendre que c'est une réplique ne miniature de l’ultra-capitalisme ou du communisme le plus primaire....
En clair le chef, lui est là pour « chefer ».
C'est à dire qu'il donne des indications.
En mer il donne des ordres, regarde droit et loin devant lui, met une main dans la poche- dans la cavalerie on dit qu'une main dans la poche c’est la recherche de l'élégance et deux mains dans les poches c'est la recherche du motif- et ajuste en permanence ses lunettes de soleil- car il porte des lentilles pour cacher son age.
Le barreur, ne fait rien car nous ne somme pas en mer !
En mer le barreur est debout derrière sa barre à roue- pour à priori voir quelque chose, mais surtout pour se donner une stature- et se contente de vitupérer contre le vent qui ne vas jamais dans le bon sens, contre les bateaux adverses qui gênent la trajectoire, contre la GV qui borde pas assez ou qui borde trop, contre les équipiers qui ne se bougent pas assez vite et.............. barre !
Les équipiers eux- forme de soutiers ou de mineurs  des temps modernes- travaillent!
A terre, ils rangent la cabine, plient les voiles, font les courses, écoutent, rangent les cordages, portent les sacs et attendent la parole divine du chef de bord !
En mer, c'est une autre histoire.
Ils bordent, choquent, changent de bord, se mouillent les pieds – d’où l'utilité des bottes- se coincent le cou dans les bord francs, parfois sont malades, oublient de fermer les écoutilles et attendent les manœuvres...............
Sandra et Brigitte
Les manœuvres justement parlons en. Elles commencent le vendredi après midi avec un vent particulièrement soutenu et durant deux heures, le chef donne des ordres, des caps, fait des calculs et observe d'un regard incisif la qualité des manœuvres que nous mettrons en pratique le lendemain, samedi jour de course.
Après un briefing de course où l'on nous confirme que nous ferons bien le tour de l’île, nous allons dîner dans une brasserie locale – en breton on dit crêperie- avec les deux équipages et retournons à nos bateaux pour une nuit de repos bien méritée et que mes bras déjà fortement sollicités apprécient à sa juste valeur.
Samedi est le grand jour.
Dès 10 heures du matin, 471 bateaux se précipitent en direction de Belle-ile pour une journée de course intense en émotion. Moment assez impressionnant que de voir un « train » composé de 4 bateaux professionnels fendant la flottille comme Moïse franchissait la mer rouge, laissant derrière eux quelques frayeurs pour les amateurs placés un peu trop près de leur ligne de passage.
La course se déroule plutôt bien en tête de la flotte- enfin plus exactement en tête de la petite partie de la flotte qui était quand même derrière nous, parce que la grande majorité de la flotte n'avait pas compris que c'était la stratégie de notre chef de bord qui était la bonne !
Malgré tout la course se déroule. L'avantage de ce genre de grand rassemblement c’est que vous avez toujours du monde à doubler. Merveille de cette course, c’est que le temps nous a permis de faire le tour de cette perle du Morbihan.
Sandra, Brigitte, Eric, Anne, Manuella, Manu et... Jean-Luc
Jubilation de cette journée, c'est d'être rentré sous spi,
Emotion suprême de la course, l'apéro après l'arrivé avec les deux équipages où les rires et les blagues après une bonne douche bien méritée ont précédé un dîner dans une autre brasserie bretonne dont la principale qualité était avant tout de vous faire détester la cuisine locale.
En France tout se finissant toujours par des chansons, c'est sous le chapiteau que se déroula la soirée dansante, dont quelques uns des équipiers ont su apprécier le charme fort tardivement.
Dimanche, jour de soleil et de moteur.... soleil pour le bronzage, moteur marin pour rentrer au port et moteur automobile pour rentrer à la maison... et d'une main !

Ah au fait, à quand la prochaine régate ?.... il me reste encore un peu de bras ! Et pour des week-end comme ça, on est prêt à les y laisser !

Manu