lundi 8 septembre 2014

Fête du Club

La fête du Club a eu lieu le 31 aout et fut un succès.

3 catas et un laser sur l'eau dans des conditions météo très agréables, soleil et brise thermique !


Pour tout renseignement sur les activités de voile légère à St Quentin, contactez Jean-Luc au 0687735970

lundi 19 mai 2014

Tour de Belle Ile 2014, une deuxième édition avec le GCI très musclée !





Lorsque Jack du GCI me propose de participer au Tour de Belle Île, je me dit pourquoi pas, je n'ai jamais fait de régate et c'est toujours magique de voir évoluer tant de bateaux côte à côte, 517 annoncés cette année.

Me voilà donc inscrite, on m'attribue la fonction numéro 2, je n'ai aucune idée de quoi il s'agit...peut être le remplacement du numéro 1 quand il fait la sieste ?

Un peu de mer...3 m de houle!
Arrivée à La Trinité, découverte du bateau, un First 36.7 aux allures un peu plus sportive que les bateaux de croisière sur lesquels je navigue habituellement, et de l'équipage, bien décidé à faire une meilleure place que l'année dernière ... la pression monte !

On m'explique qu'on a demandé au loueur de retirer certains accessoires pour alléger le bateau et aller plus vite, dont l'enrouleur, et que le boulot du numéro 2 est justement d'aider à monter les voiles. Cool, ça m'intéresse ! En croisière, on monte le génois au Printemps et on le retire en général en fin de saison ...

Je commence aussi à comprendre qu'il n'y aura pas de temps pour la sieste, ni peut être pour manger et que je peux m'estimer heureuse d'avoir des toilettes à disposition, d'habitude c'est le seau...là, ils commencent à me faire peur !

Première demi journée d'entraînement pour se familiariser avec le bateau, tout va bien, je m'adapte... un virement de bord se transforme en stage d'escalade, c'est sportif !

Deuxième journée splendide avec un vent parfait pour sortir le spi et profiter d'un mouillage à l'abri de Houat. Ouf, ils savent quand même profiter d'une pause dans ce paysage magnifique. On repart.
Jack, Anne, Jean-Luc, Julien, Arnaud, Maria, Julien
Chacun son rôle, il faut avoir de la voix pour donner des instructions et réagir vite car le bateau est souvent poussé à ses limites...les manœuvres  s'enchaînent.

Je m'exerce à faire du rappel, j'ai l'impression de voler sur l'eau, pourvu que les filières tiennent le coup ...

Finalement le grand jour arrive, petite déception à l'annonce du petit tour obligatoire pour tous, plus d'une heure d'attente sur la ligne de départ dans des conditions météo très musclées, bravo à notre barreur car c'est une attention permanente pour ne pas entrer en collision avec les autres bateaux qui évoluent dans tous les sens.
N°1 en action!
Le départ est donné, j'ai l'impression qu'on est plutôt bien placé, passage de la Teignouse et démarrage du long ... très long bord de près jusqu'à la pointe des Poulains, ouf, je peux enfin m'assoupir un peu, mais non, pas de relâche, un Dufour nous aborde sur l'arrière, 1ère casse sur le bateau et un bleu de plus pour moi...

On est sur le retour, re-passage de la Teignouse avec des vagues de 2 mètres, même pas peur et même pas le mal de mer !

La ligne d'arrivée est en vue, un dernier sprint avec un bateau et c'est fini. Tout le monde pense déjà à la douche bien chaude qui nous attend.

Mais pour que la journée reste vraiment inoubliable...panne de moteur dans le chenal, ou panne d'essence ? Eh oui, ça pèse le gasoil, donc inutile ! Petite frayeur pour repartir à la voile, une fois de plus, chapeau pour la réactivité de notre barreur, et demi tour pour mouiller à la sortie du chenal en attendant un remorquage. L'impatience nous gagne et nous nous vengeons sur le chocolat...
Mythique bateau France
Finalement, on nous ramène dans le port avec un zodiac qui marche sur sa réserve d'essence...on a la poisse ou quoi ?

À défaut de douche chaude, on se réchauffe avec un ti-punch et une très bonne soirée s'enchaîne jusqu'au bout de la nuit.

les mêmes + Noelle - Jean-Luc
Pour finir, un dimanche touristique dans le golfe du Morbihan, on est les seuls sur l'eau avec le spi par 25 nœud de vent, je ne vois vraiment pas pourquoi !

Le we s'achève, j'en garderai un très bon souvenir, le bateau un peu moins je pense :-)

Sensations 'Xtreme' garanties avec l'US Gazelec ! Ça valait le coup, même avec tous les paquets d'eau reçus sur la tête...

Merci à tous pour votre accueil et à une prochaine fois…

Au fait, mission accomplie, on est 181ème, mieux que l'année dernière !

Noëlle

jeudi 24 avril 2014

SNIM 2014 du 17 au 21 avril en Grand Surprise : du mistral, de l'ambiance et de la poésie...





Je chante pour ce transistor,
Le récit de l’étrange histoire,
D’un anamour transitoire,
Deux belles au pont réglant le sort.



 





Hâle-bas de tangon et balancine Jérôme au départ, Jean-Luc au violon Julien la chanson. Guillaume en nocturne, au hasard. Maria et Emilie en derviches régleuses, Régis GV Arnaud premier, parés à virer.
Samedi gros temps lofons vers le fond, hâle-bas de GV choqué Julien déchoqué, Emilie Maria en cordée, Régis à moitié, manivelles à l’océan mistral gagnant.





 Lundi jour dernier, Maria Emilie dansant Arnaud sous spi virevoltant, Guillaume au piano composant, quatrièmes au classement… Comme une victoire ! Régis aux trois quarts Julien à la barre, Jean-Luc au son des guitares.
Je crois entendre les hélices,
D’un Grand surprise mais hélas,
Ce sont des souvenirs qui passent,
Des supplices de SNIM aux délices.
Guillaume



Rendez-vous l'année prochaine pour la SNIM 2015.

Il reste encore des places pour notre croisière estivale en Turquie du 9 au 16 aout, contacter julienalex@bbox.fr 







mardi 15 avril 2014

Challenge voile pour tous à Piriac du 10 au 13 avril 2014, bienvenue Aude...





Petit rapport sur notre régate d'un oeil de nouvelle adhérente, tout frais, tout neuf et innocent.

 - - - - - - - - -

 Jeudi 10 Avril 

Après quelques heures de navigation pour convoyer le bateau du port du Crouesty à Piriac, Hélène, Jean-Luc, Alice, Bastien et moi-même arrivons à la fin de l'entrainement, et sommes invités à nous y joindre pour la dernière demi heure. RDV ensuite à la capitainerie où l'équipe du bateau comité nous fait un petit cours intéressant sur les réglages à adopter dans ces conditions de vent, et des erreurs à ne pas faire, photos à l'appui (prises sur l'eau dans l'après-midi). La maison que nous avons eu sur Airbnb est dingue, au pied de la plage, nous parlons déjà de barbecue. Le reste de l'équipe (Julien et Maria) nous rejoindrons tard dans la nuit et ce n'est que le lendemain que j'aurais le plaisir de faire leur connaissance.


Inspection!


Vendredi 11 Avril // Jour 1

Nous partîmes à 6 et furent le même nombre en rentrant au port. Bastien juste un peu plus léger, car il a décidé de se vider régulièrement pour nous faire avancer plus vite. Ca n'a pas trop marché mais merci c'est sympa d'avoir essayé. Bilan de cette première manche : beaucoup de problèmes techniques qui nous font perdre du temps, le génois qu'on n'arrive pas à hisser, il faut le faire très lentement en l'accompagnant et en remplaçant les couilles de chat par nos propre doigts (le ridicule ne tue pas, lol). Alice et moi nous sentons un peu coupables du résultat car nouvelles et pas très très habituées des régates mais nous sommes vites rassurées par l'équipage.

Pour ma part je suis hyper contente de cette équipe, 3 mecs - 3 filles, Julien à la barre, Jean-Luc à la grand voile, Maria et moi-même sommes régleuses, Alice au piano et Bastien, numéro 1. Je trouve que la communication se fait bien, même si Bastien a perdu la parole qu'il retrouvera bien vite, et Jean-Luc et Julien répondent à tour de rôle à mes très très nombreuses questions.

Avec le peu de vent qu'on a c'est tout de même un peu frustrant parfois. On est tous à se positionner le mieux qu'on peut pour gratter des centimètres sur les autres bateaux, c'est bizarre, je pense à une course d'escargots. Quand il n'y a pas de vent on entend super bien et toutes les VHF des différents bateaux résonnent. C'est assez beau.

C'est quand même hyper crevant tout ça, et entre filles, on parle de nos premiers bleus. Apres un petit restaurant avec tous les équipages des différents bateaux, on file assez rapidement au lit.
Troisième édition pour COCODY

Samedi 12 Avril // Jour 2

Nous réalisons que notre ligne de flottaison est quelques peu enfoncée sous l'eau par rapport aux autres bateau. ho ho….en fait on a oublié de vider l'eau... ;) Ca coule ça coule….et le bateau remonte lentement à la surface prêt à nous emmener loin loin devant tout le monde. On décide également de mettre le mouillage léger au ponton, et puis c'est reparti. On est plutôt bien parti cette fois, malheureusement, 2 bateaux prioritaires et plus rapides nous contraignent à toucher la bouée juste avant d'envoyer le spi…un petit 360..et nous nous retrouvons loin derrière...dommage…

Ce qui est embêtant dans le fait d'arriver en bout de course, c'est qu'on n'a à peine le temps de ranger le spi que le bateau comité envoie la manche suivante…aller go! L'équipage progresse dans la rapidité des manœuvres. Maria et moi-même faisons des hight five quand un virement est réussi. Jean-Luc et Julien nous encouragent et nous félicitent, Alice au piano et Bastien numéro forment un bon duo. Bastien parle beaucoup plus que la veille. beaucoup beaucoup plus. Si Bastien parle, c'est qu'il va mieux.

Malheureusement, la drisse de spi nous lâche, nous en avons une autre (ouf) qui rejoint la première en tête de mât…nous finissons donc la manche avec un tout petit génois, loin derrière tout le monde. Maria appelle le bateau comité depuis la VHF pour leur demander de nous laisser le temps de monter au mât récupérer nos 2 drisses avant la prochaine manche. Le charme de son accent américain fait son effet, le bateau réponds "ok, bon courage". Je me propose pour monter au mât, et j'ai pas le temps de me dire "holala c'est pas comme dans un port d'ici, ça bouge énormément" que je suis déjà descendue avec les 2 drisses, et la dernière manche est déjà envoyée. Nous n'avons malheureusement pas trop le temps de préparer le départ et je vous laisse deviner la suite.

La suite se situe dans notre villa face à la mer avec une bonne odeur de saucisses grillées. Des langoustines, des huitres, des bigorneaux, c'est l'orgie. Guillaume est là aussi pour nous accompagner dans ce festin.

Julien et Maria sortent les CD de tango et le salon se transforme en piste de danse. Les plus courageux terminent la soirée dans un bar pendant que les plus raisonnables montent péniblement les escaliers pour s'effondrer sur le lit car demain il faut être sur l'eau à 7h30…

Il fait froid…il est 7 heures 30


Après l'effort, le...

Dimanche 13 Avril // Jour 3 -

Nous sommes lancés dans le parcours côtier, plutôt bien lancés. Nous collons Zoé. Julien décide de changer de bord pour chercher le vent ailleurs. Zoé, qui veut rester devant vire également. Du coup, nous re-virons, ils re-virent, nous re-virons, il re-virent, Maria et moi sommes à fond même si tout commence à se mélanger dans le bateau et le souffle se fait plus court, nous tenons bon, eux aussi. Nous les grattons un peu dans la rapidité de la manoeuvre. Puis, Julien lance un faux "parés à virer". Je dois répondre trop fort et avec beaucoup trop d'enthousiasme "paréééés!!", l'équipage de Zoé nous regarde en souriant…c'est un flop. Nous les grattons quand même, la distance entre leur bateau et le notre augmente, et nous finissons loin devant. Le temps qu'on ait assez d'eau pour rentrer dans le port, Hélène (depuis la villa) et Jean Luc communiquent sur le portable et par les jumelles, c'est vous dire si nous avions une belle vue depuis notre charmante maison.

Guillaume et Hélène nous ont préparé une jolie table, chacun se fait son sandwich et on est reparti. Julien et Maria ramèneront Bastien tandis que Hélène, Alice, Jean Luc et moi convoierons le bateau au Crouesty, vent dans le nez, moteur aux oreilles. Il reste un ou 2 miles quand Jean-Luc nous motive pour mettre les voiles une dernière fois. Il est déjà super tard et un long trajet nous attend pour rentrer à Paris mais je ne suis pas difficile à convaincre et Alice non plus. Après le nettoyage et l'inventaire nous repartons vers 21h pour Paris. Et après plus rien, je me suis endormie.



Conclusion

Un weekend de régate hyper interressant, pas énormément de vent et beaucoup de problèmes techniques mais notre place au championnat de France des entreprises au chaud dans la poche intérieure du ciré. Le seul regret partagé par tous et chacun sera ces 24 huîtres que nous avons égarés, qui en ce moment même sont sûrement encore dans leur sac, flétries et non mangées.

lundi 31 mars 2014

Women’s Cup au Crouesty les 8 et 9 mars 2014, bravo les filles!

WE de filles au soleil, heureusement qu'on avait pris la crème ! Pour ce weekend de la women’s cup (http://www.womencup.fr/ ) à Pornichet nous étions entourées de 140 participantes enthousiastes, de la débutante à la professionnelle … il y en avait quand même une « made in Route du Rhum » !

Samedi, nous avons eu la chance d’être dans la pool qui a bénéficié de la seule fenêtre de vent de la journée, l’après-midi Eole a fait la sieste et les filles ont fait des ronds dans l’eau en l’attendant jusqu’à 18 heures.  Nous n'avons pas vu un nuage ... Ni un garçon ! Ah si deux que nous n'oublierons pas ... Le premier nous a fait gréer notre Spi à l'envers et pendant toute la première manche, Margaux a galéré à l'avant pour démêler les nœuds. Le deuxième, marin genre singe, est monté en haut du mât récupérer notre drisse de Spi sous les applaudissements de la flotte de filles : un pied sur la barre de flèche tribord, un autre plus haut à bâbord, en 15 secondes, c'était réglé. 

A part ça, nous avons été brillantes ... à la tombola du soir !

Les plus beaux lots, ceux pour lesquels les filles étaient prêtes à se battre, ont été pour nous: THE hit bag « because I am a girl » pour Nancy, THE pink compass pour Marie et pour Margaux, rien de moins qu'un culbutot en forme de sex toy.

Au bilan, l'équipage trèèèèès débutant le vendredi matin a terminé fin prêt pour réaliser de belles manœuvres lors d'une prochaine occasion. Malheureusement, c'était l'heure de rentrer à Paris et nous avons fini en beauté avec une arrivée dans le port à la voile et en douceur.

Le club a profité de l’occasion pour faire un don solidaire à l’association PLAN (http://www.planfrance.org/ ) partenaire de cet évènement nautique. »

Anne

samedi 15 mars 2014

We d'entraînement à la Trinite sous le signe du handicap les 8 et 9 mars 2014

We entrainement à la SNT (Société Nautique de La Trinité), qui organise régulièrement des week-ends d'entraînement sur diverses catégories de bateaux (Grand Surprise, 6.50, monotypes HN,...). Ce week-end est le premier du challenge de printemps.

Arrivée vendredi soir à la Trinité à la charmante maison louée pour le week-end, samedi matin pour l'un de nous. Samedi matin, nous faisons connaissance pour la plupart autour du petit déjeuner et établissons les postes en fonction de l'expérience et du profil de chacun : Numéro un, Numéro 2, embraques, pianiste, régleur GV, barreur, tacticien....

Nous partons pour la SNT, pour prise en main et inventaire du bateau, un Grand Surprise appelé "electron". Les conditions météos sont top : soleil et vent de 10/15 noeuds. Nous partons au large de la bouée du petit Trého pour prendre en main nos postes et nous entraîner dans nos manoeuvres autour de parcours bananes. Les plus expérimentés donnent des conseils aux nouveaux. En fin d'après-midi, suit un débriefing par la SNT au café de la Trinité pour l'ensemble des bateaux, puis celui de notre équipage autour d'un apéro bien mérité où l'on revoit les manoeuvres de chacun et finalisons notre stratégie pour le lendemain. La soirée est poursuivie dans un très bon restaurant, puis au pub pour certains.

Le dimanche matin, conditions toujours parfaites pour naviguer, soleil et un vent un peu plus fort de 20 noeuds. Plusieurs catégories de bateaux au départ de la régate d'entraînement : 6.5, ..., le spectacle est fabuleux. Il nous faut être vigilant pour repérer le bon départ de notre catégorie de Grand Surprise, parmi toutes celles présentes sur l'eau, et prendre la bonne au place sur la ligne de départ.

S'enchaînent envoi génois, envoi spi, virements, empannages,..., réglages,..  Pas de chance, notre génois se déchire un peu (sans doute l'usure...), nous le remplaçons par un génois plus petit. 14h fin de la régate, épuisés, nous rentrons et prenons un pot sur la terrasse du port sous le soleil pour revoir les moments forts de la journée, et discuter des prochaines sorties entraînements et regates.
Merci aux organisateurs d'US Gazelec pour ce week-end d'entraînement sportif et convivial.

Bénédicte.

Merci à Bénédicte pour cet article et de ton investissement sur l’eau à la GV, nous avons beaucoup apprécié de naviguer avec toi et d’essayer de communiquer autrement pour prendre en compte ton handicap, nous espérons avoir été à la hauteur et t’encourageons à venir nous rejoindre prochainement.

Jean-Luc.

vendredi 21 février 2014

L'HIVER AUX ILES VIERGES




Après 2 croisières dans les Grenadines, le club a cette fois-ci décidé d'explorer les Antilles Nord.

Et pour fêter sa 5ème année d'organisation de croisière, il était dit que nous allions naviguer !

Au cours de notre périple, nous avons effectivement parcouru 700 Miles Nautiques, navigué 4 fois de nuit et visité 4 pays différents (France, Antigua, Iles Vierges Britanniques et Saba) dans des alizés puissants de 25 Noeuds d'Est-Nord-Est.

Nous sommes donc partis de Point à Pitre en Guadeloupe le 27 décembre 2013.


Notre superbe catamaran Outremer 49 "Jessy 3" a donc glissé au portant à 10-15 Noeuds de Moyenne jusqu'aux Iles Vierges Britanniques.
Au cours de ce voyage allé, nous avons nagé avec les tortues de la réserve Cousteau à Malendure, fait de la planche à voile dans les superbes lagons de Green Island et de Gorda Sound et snorkeler dans la grotte de l'île aux trésors.

Notre retour contre le vent a été sportif et n'a pas déçu les équipier(e)s venus pour s'entrainer à la transat…

Après une dernière baignade à Norman Island, nous faisons un stop à la très américaine et accueillante marina des UK "Nany Cay".
Nous profitons alors des commerces, des douches, de la plage et du lagon. Nous faisons le plein d'eau douce et de gasoil. Bien propres, nourris et reposés, nous larguons alors les amarres pour notre retour en Guadeloupe ..
Comme un cadeau de Poséidon à l'équipage, nous pêchons un Baracuda dans la passe de Fahlen Jerusalemen que nous empruntons à la tombée de la nuit pour sortir de l'archipel des iles vierges et entrer dans une mer forte et un vent debout de 25 noeuds avec des grains à 35 Noeuds !
Nous mettons donc le cap sur Saba, une petite ile volcanique des antilles néerlandaises situé idéalement à mi-parcours et surtout à un angle moins pointu pour notre catamaran.
L'équipage renoue alors avec le plaisir de la navigation aux étoiles, du café chaud à la prise de quart, de la lumière des ferrys et du fier sillage de planctons phosphorescents que trace "Jessy 3" au large.

Le lendemain, en fin d'après midi, nous nous reposons au mouillage sur les pentes de Saba.
L'ancre qui dérape dans la nuit, avance notre départ à 4 heure du matin, et après une bonne omelette au bacon, nous reprenons le large en direction de la Guadeloupe.

Nous sommes alors accompagnés pendant une demi-heure par un banc de dauphins très joueurs, comme un message réconfortant avant notre dernière grande navigation de retour.


La dernière nuit de navigation est ponctuée du BMS du CROSS Antilles. Des vagues déferlantes et plusieurs grains nous font réduire la voilure. Les quarts s'enchaînent aussi bien sur le pont que dans les cabines où certain(e)s ont pu rentrer "en lévitation".

Nous arrivons finalement le lendemain en fin de journée dans l'archipel des Saintes (à la voile, faute de moteur) dans lequel nous prenons un coffre bien mérité.
Zouk, reggae, T Punch, Langoustes, Spi rythment alors nos deux derniers jours avant le retour à Pointe-à-Pitre toutes voiles dehors le 7/1/2014.

Cette croisière a été pour nous fabuleuse et nous en redemandons encore.

La prochaine est prévue en Turquie du 9 au 16 aout 2014.

Au plaisir de vous accueillir pour de nouvelles aventures.

Vos chefs de bord

Marc, Jean-Luc et Julien (julienalex@bbox.fr)

PS:

Félicitations à tous pour votre motivation à naviguer.
Bravo à Maria pour la fourchette d'or et à Valérie pour la bordée d'or.
Félicitations à vincent pour son apnée à 8 m.
Merci Anne pour ta grande inspiration pour les menus.
Bravo Eric pour le record de la croisière à 15,75 Nds.
Merci Leti pour ton quart "full time" de miss météo le dos en vrac.
Bravo Stephane pour ton spectacle tap tap.

La palme de la clearance revient, une fois n'est pas coutume pour l'administration Française à … La France. La clearance aux Saintes a été la plus rapide (20 minutes), la plus agréable (avec un café dans un web bar style maison coloniale en terrasse à l'ombre des palmiers) et la moins cher (1 euro). La clearance la plus laborieuse revient à Antigua, 2 heures, 3 guichets à consulter 2 fois et un tarif de plus de 150$…
Un catamaran, çà fait bien des bords carrés dans 25 noeuds et 4 m de creux.

lundi 27 janvier 2014

mardi 12 novembre 2013

WE à la Rochelle - 9 et le 11 novembre 2013

Le weekend du Trophée Rivages que nous avons passé à la Rochelle entre le 9 et le 11 novembre fut excellent.


Nous sommes arrivés, pour certains, dans l’après-midi du jeudi 7 novembre à la gare de la Rochelle ; direction le port des minimes où nous attendent les deux bateaux des équipages de l’US Gazelec. Après un rapide déjeuner, nous récupérons nos bateaux respectifs, Le Bleu Ciel pour l’équipage US Gazelec 1 et Le Noir pour l’équipage US Gazelec 2. Après avoir fait l’inventaire de nos bateaux, nous allons nous reposer à l’auberge de jeunesse, en attendant l’arrivée du reste de l’équipage ; rendez-vous est donné à la Table Basque pour la fameuse côte de bœuf aux cèpes.  La météo n’ayant pas prévu d’être clémente le samedi matin, décision a été prise de ne pas se coucher tôt.



La météo et le BMS en cours nous ont, comme prévu, empêché de naviguer ce jour là. Initialement, il était prévu que nous irions en bateau à Rochefort (où étaient réservé pour nous l’auberge de jeunesse et un diner au musée de la Marine). Aux lieux et place d’une régate digne de ce nom, nous avons eu une «  leçon » de météorologie et de régate très instructive. Certain(e)s en ont profité pour dormir un peu et sur les coups de 16h, alors que le vent semblait montrer des signes d’accalmie, nous avons décidé de faire un petit tour en mer. Grand bien nous en a pris car il faisait bon et cette courte sortie (nous devions ensuite nous rendre en voiture pour la nuit à Rochefort) nous a mis dans de bonnes conditions pour que la fête soit plus folle.


A Rochefort, même le samedi soir est un soir morne. En compagnie de quelques aventureux, nous partons à la recherche d’un bar (après le repas partagé au Musée de la Marine), et nous tombons sur un établissement rideaux de fer baissé et lourde porte entrouverte. A l’intérieur, quelques clients en rang d’onion devant le bar se retournent vers nous… Il ne nous faut que quelques secondes pour décider de quitter ce lieu étrange. Nous nous décourageons franchement en nous disant que notre lit ferait un meilleur parti, mais c’était sans compter l’anniversaire qui se fêtait un peu plus loin et où nous nous retrouvâmes tous et toutes pour danser.



Le lendemain matin était consacré à la visite de l’Hermione, une reconstitution de la magnifique frégate, qui en 1780 permit à La Fayette de traverser l'Atlantique pour rejoindre l'Amérique. Nous rejoignons le port des minimes à La Rochelle pour enfin démarrer la régate vers 13h. Deux parcours bananes (dont un super départ, avec une arrivée premiers à la bouée, malheureusement laissée du mauvais côté !), un côtier de nuit magique où, après un slalom entre les piles de pont de l'ile de ré puis un talonnage dans le chenal du vieux port en plein dépassement d'un concurrent... nous avons reconstruit notre vitesse et repris 3 bateaux encalminés à 50 mètres de la ligne d'arrivée!! On est rentrés complétement KO ; rapide douche et nous prenons la direction de la crêperie Mamie Bigoude pour déguster un repas bien mérité. Puis la fête jusqu’au petit matin pour les valeureux, et un bon lit bien chaud pour les paresseux.


Le lendemain, nous partons pour trois côtiers successifs dans le froid et un peu de pluie. A noter le choix tactique audacieux (2 bateaux sur 10) de l’US Gazelec 2 nous amenant à faire le tour de l’île d’Aix en la laissant à tribord, nous permet de couper la ligne en deuxième position. Une 9éme place méritée sur le dernier côtier ou l'équipage a tenu bon et a montré sa super motivation, au son de "je lofe", "je débrasse", "spi", "choques la GV", "hale bas de GV" qui nous fait mériter notre 7ème place au classement général (http://www.rivages.com/fr/incentive).


Ce pèlerinage à la Rochelle a permis de vérifier que le bout du monde servait toujours du bon rhum, la table basque une généreuse côte de boeuf aux cèpes et aussi, pour les plus noctambules, que le mojito et le triolet étaient toujours de bonnes adresses.

Emilie